Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 hello.jpg

Mes ptits carnets de cuisine, tout simplement...Parcourez, salivez, et prenez ce qui vous fait plaisir!

Recherche

Suivez-moi :

 

  fb

...sur Facebook

 

hellocoton

... sur Hellocoton

 

pinterest.jpg

...sur Pinterest

 insta.jpg

...sur Instagram

 

 

blogillustration.jpg

Annuaires culinaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 18:45

Pour repartir au Japon le temps d'un dessert...

C'est un dessert souvent proposé dans les restaurants de sushi là-bas, un vrai classique. Et c'est généralement une tuerie : la glace japonaise est très dense, très crémeuse en bouche, avec un fort goût de matcha, miam!

Comme je n'ai pas de sorbetière, j'ai eu envie de tester cette recette de crème glacée très simple de la chaine youtube Ochikeron (que j'adore!), avec un parfum matcha. Je l'ai servi avec des petites boules d'anko (pâte de haricots azuki), ces goûs s'accordent tellement bien!

 

glace-au-the-matcha1.jpg

 

Glace au thé matcha

 

Il vous faut  :

 

2 oeufs à température ambiante

50 g de sucre

50 ml d'eau

200 ml de crème fleurette

1 c. à café de thé matcha

 

 

Commencez par battre les oeufs entiers.

Mélangez le thé matcha à la crème fleurette (en tamisant ou en délayant avant dans une petite quantité, à vous de voir, en tout cas évitez les grumeaux!). Mettez celle-ci au congélateur pour une dizaine de minutes. 

Faites chauffer l'eau avec le sucre (en remuant la casserole de temps en temps au dessus du feu, mais sans mélanger avec une cuillère)  jusqu'à obtenir un sirop avec de grosses bulles, sans le faire colorer. Ajoutez-le aux oeufs, et battez avec un batteur électrique jusqu'à ce que les oeufs gagnent en volume et deviennent blanc et mousseux.

Montez la crème bien refroidie en crème fouettée assez ferme à l'aide d'un batteur électrique.

Ajoutez cette crème au mélange aux oeufs, en mélangeant doucement et progressivement pour bien l'incorporer.

Placez cette crème dans des ramequins ou un plat à gratin, ou encore un contenant à glace bien lavé.

Mettez au congélateur pendant quelques heures jusqu'à ce qu'elle soit bien ferme !

 

 

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 18:53

Les tempura, ces fritures japonaises assez légères pour des fritures, et surtout super jolies et délicieuses, ne sont pas si difficiles à faire qu'on pourrait le croire. Il y a juste deux petites règles à respecter : battre trrrès légèrement la pâte (il faut qu'elle soit grumeleuse, trop battre produit du gluten et l'alourdit, ça donne un aspect plus "beignet" et ça n'est pas ce qu'on recherche), et utiliser des ingrédients très froids : c'est le choc thermique qui va apporter le croustillant!

 

Et puis la sauce ponzu, c'est parce que ça va juste trop bien avec les asperges! C'est en gros une sauce soja au yuzu, vous en trouverez en épicerie asiatique, chez vous ou sur le web.

 

tempura-d-asperges.jpg

 

Tempura d'asperges vertes

 

une botte d'asperges vertes

70g de farine

30g de maizena

1 sachet de levure

1 jaune d'oeuf

150 ml d'eau glacée

facultatif : un peu de panko (ça facilite l'apparition des petits picots de pâte caractéristiques des tempura)

 

huile de friture

 

Coupez le bout des asperges, épluchez les si elles sont un peu grosses. 

Gardez tous les ingrédients pour la pâte au frigo jusqu'au touuut dernier moment. Quand vous êtes prêts à servir, c'est parti : faites chauffez d'huile de friture dans un wok ou une grande poêle. Dans un saladier (froid lui aussi dans l'idéal!), battez le jaune d'oeuf avec l'eau froide. Ajoutez ensuite la farine, la maizena, la panko et la levure en une fois, mélangez rapidement avec une fourchette ou des baguettes. 

Trempez ensuite les asperges dans la pâte une par une et déposez les dans l'huile très chaude (vérifiez avec un peu de pâte avant : si elle remonte immédiatement en grésillant, c'est bon). Laissez frire 1 à 2 minutes (la pâte cuit très vite, et les asperges c'est bon croquant!), retirez les avec une écumoire, et déposez les sur du papier absorbant. Saupoudrez de fleur de sel, et servez chaud!

 

Itadakimasu! ^_^

 

tempura-d-asperges2.jpg

Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 16:47

Pfiouuu, ça fait un moment que j'ai pas posté ici moi! Sorry, c'est l'été, et je cuisine très peu, ou surtout très simple... J'ai bien quelques recettes en réserve, mais j'avoue que je préfère prendre le soleil durant mon temps libre que taper des articles sur mon PC...

 

udon1.jpg

 

Bref, cette recette-ci, il fallait à tout prix que je la partage! Si vous êtes allés au Japon ou même dans un bon resto de nouille à Paris, vous êtes forcément tombés amoureux des udon, ces nouilles de blé épaisses et chewy. On est forcément déçus quand on essaie des plats de udon à la maison, parce que les nouilles sèches que l'on peut trouver ici ne sont que des pâles copies de ces petites merveilles.

J'ai mis longtemps à m'y mettre, j'imaginais que c'était super compliqué, quil fallait une technique ancestrale quelconque pour les réussir, et finalement : pas du tout! J'ai réussi du premier coup, donc c'est forcément pas très difficile, hein. ;)

Par contre il faut avoir un peu de temps devant soi, et bien suivre les étapes. Les gestes sont importants. C'est pour ça que je vous conseille de regarder cette video avant de vous lancer, c'est cette recette que j'ai suivie à la lettre. Si vous avez un peu de mal avec l'anglais, je vais mettre des étapes ici de toute façon, mais vraiment il faut regarder la video, pour avoir les bon gestes.

Juste une précision : traditionnellement, le "pétrissage" de la pâte est effectué... avec les pieds! Dans la video, elle n'utilise qu'un rouleau à pâtisserie, mais franchement, je ne peux que vous conseiller de mettre un torchon propre sur le sol, vos plus belles chaussettes, un sac plastique étanche, et d'y aller gaiement avec vos petons. C'est beaucoup plus rigolo, et beaucoup plus efficace puisqu'on utilise le poids de son corps. 

 

udon2.jpg

 

Udon maison

 

Pour 3-4 portions

 

300g de farine de blé (T45, à ~9% de protéines)

15 g de sel

130 ml d'eau

fécule de mais ou de pomme de terre

 

Dissolvez le sel dans l'eau. Tamisez la farine dans un grand saladier, et mélangez un peu avec vos doigts. Ajoutez la moitié de l'eau en filet, mélangez rapidement en faisant des rotations du bout des doigts. Ajoutez le reste de l'eau petit à petit (la quantité nécessaire dépend de la farine, de la température de la pièce, etc etc, donc il faut ajuster. Pour moi la quantité indiquée était bonne). Rassemblez ensuite la pâte pour former une boule. A ce stade, elle doit être assez moche en fait, friable et pas lisse du tout. 

Mettez la pâte dans un grand sac congélation, et pliez-le à la moitié. Mettez le sac au sol, et utilisez vos pieds pour étaler la pâte en longueur, en partant du centre et en faisant de petits pas sur les côtés. Puis, roulez la pâte sur elle-même (comme un pain au chocolat), pour reformer un boudin plat, que vous allez étaler de la même façon. Recommencez cette opération 5-6 fois, jusqu'à ce que la pâte soit bien lisse et aie la consistance "d'un lobe d'oreille". Si ça n'est pas assez, recommencez jusqu'à ce que ça soit bon. Pliez-la une dernière fois, et laissez-la reposer 10 minutes, pendant lesquelles elle va encore s'attendrir. Puis sortez-la du sac, étalez la avec votre paume, et ramenez les bords vers le centre (comme pour une brioche chinoise) pour former une boucle. Prenez garde à ne pas laisser d'air dans la pâte. Remettez-la dans le sac, fermé hermétiquement dans air, et laissez reposer 2h (pour une température extérieure d'environ 22°... En hiver, laissez bien 3 ou 4 h, et par plus de 30°, je ne sais pas ce qui vous a pris de faire des udon!).

 

udon3.jpg

 

Etalez de la fécule généreusement sur un plan de travail et sur la pâte. Appuyez au centre avec le rouleau à patisserie, et remontez vers le haut puis vers le bas en appuyant pour étaler la pâte en faisant des encoches successives (il faut vraiment regarder la video, si vous êtes perdus, là :p). Tournez la pâte à 90°, recommencez l'opération. Etalez-la ensuite normalement, jusqu'à l'épaisseur désirée (attention, les nouilles gonflent à la cuisson, ne voyez pas trop large!). Saupoudrez généreusement de fécule, et pliez la pâte en 3, en mettant de la fécule entre chaque couche pour éviter que les nouilles collent entre elles. Coupez ensuite des nouilles de taille équivalente, avec un bon couteau bien aiguisé. Séparez les bien une par une si elles se collent, rajoutez de la fécule si nécessaire. Déposez-les par paquets sur une planche.

Ensuite, l'idéal est de les faire cuire assez rapidement pour éviter qu'elles ne sèchent. J'en ai aussi congelé une partie, on verra bien ce que ça donne!

Portez une grande quantité d'eau à ébullition, plongez-y les nouilles et mélangez avec des baguettes pour éviter qu'elles se collent. Baissez le feu, couvrez, et laissez cuire 13 à 15 minutes. Pour vérifier la cuisson, prenez une nouille et plongez-la dans l'eau froide, et croquez : si le centre est translucide, c'est cuit.

Egouttez-les, puis rincez-les généreusement à l'eau froide pour enlever toute trace de fécule. Vos nouilles udon sont prêtes à être servies! 

udon4.jpg

La façon la plus simple (et l'une des meilleures je trouve) de savourer ces nouilles, c'est dans du bouillon chaud. J'ai utilisé du bouillon Mentsuyu à diluer, que l'on trouve en épicerie asiatique, mais vous pouvez utiliser l'une des nombreuses recettes pour bouillon à base de dashi que l'on trouve sur le web (composé normalement de dashi classique, fait à base d'algue kombu et de bonite séchée, de sauce soja, de mirin et de saké).

Ajoutez-y tous les éléments que vous souhaitez : viande, poisson, oeuf (dur, ou mollet, ou cru!), épinards, oignon vert, bok-choy, gingembre mariné, algues, sésame grillé, shichimi... Vous pouvez aussi mettre les accompagnements à côté, et tremper les nouilles dans le bouillon froid. 

Les udon simplement servies dans leur bouillon s'appellent kake udon. Si on y ajoute un tas de petits aliments, et qu'on verse le bouillon par dessus, ça devient des bukkake udon. Froides, ce sont des zaru udon. Avec une sauce au curry japonais : kare udon. Les kitsune udon sont servies avec une poche de tofu frit, et les tempura udon, avec de gros tempura de crevettes... On peut aussi les préparer sautées à la poêle, version yaki-udon. Une autre variante froide : les oroshi-udon, avec du daikon râpé assaisonné de sauce soja que l'on sert sur les nouilles froides.

Il y a de quoi faire, non?

 

Bref faites-vous plaisir, et n'oubliez pas de faire de grand "sluuuuurp" à la japonaise en les dévorant!

Repost 0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 18:26

Si mes posts se sont faits plus rares ces derniers temps, c'était pour un petit projet que je préparais depuis un moment : le voilà maintenant imprimé! 

 

a.jpg

"Umai !" : c’est ce qu’un japonais s’exlame quand il trouve un plat délicieux, comme on pourrait dire "miam trop bon!", et c'est ce petit carnet de recettes japonaises de 40 pages en couleurs, avec 15 recettes sucrées, salées et sucrées-salées! Il a été réalisé entièrement par mes soins, de la réalisation des recettes (pour la plupart inédites) aux photos, ainsi que les p'tites illustrations. J'ai aussi ajouté un lexique, pour expliquer un peu les ingrédients et recettes de bases (mirin? dashi? gohan?), ainsi qu'une double-page "carnet de voyage", qui regroupe les coups de coeurs culinaires lors de mon voyage nippon. 

Et évidemment, point de sushi ou de yakitori ici, j'ai essayé de donner un petit aperçu de la richesse de la cuisine japonaise, comme je le fais régulièrement sur ce blog. Autrement dit, ce sont des plats que l'on peut trouver au Japon, et non pas à la carte plutôt limitée des sushis-bars qui se reproduisent de plus en plus en France.

 

robertlonigiri.jpg

Ca n'est pas un livre de cuisine édité, attention! C'est totalement amateur et à mon initiative, j'avais vraiment envie de réaliser un joli carnet regroupant mes 3 passions : la cuisine, la photo et l'illustration. C'était du travail mais je me suis bien amusée à le faire, et j'espère qu'il vous plaira!

 

b.jpg

d.jpg

e.jpg

Il sera en vente (10 €) à la Japan expo/Comic con, du 4 au 7 juillet à Paris-Nord Villepinte, sur mon stand Draw'In'Girl (emplacement CI34), et je ferai une vente par correspondance ensuite!

 

Et pour vous donner un petit aperçu de ce que vous pourrez y trouver, voici une des recettes sucrée : l'anko! L'anko, c'est la célèbre pâte de haricots rouges (azuki) japonaise. Des azukis, du sucre, et on obtient une délicieuse pâte qui rappelle un peu la crème de marron. 

On peut l'utiliser pour fourrer des dorayaki par exemple (recettes dans le carnet!), ou simplement des crêpes, des muffins au thé matcha, des mochi... Ou on peut la finir à la petite cuillère, parce que c'est irrésistible comme ça!

 

Anko

 

anko.jpg

 

250g d’azuki

200g de sucre

1 pincée de sel

 

Lavez les haricots, mettez-les dans une casserole, et recouvrez d’eau. Portez à ébullition, laissez bouillir 5 minutes, et égouttez. Recommencez l’opération, égouttez encore. Cette fois, mettez-les dans la casserole avec 700 ml d’eau, couvrez, et faites mijoter 30 minutes. Rajoutez de l’eau en cours de cuisson si elle vient à manquer. Pour vérifier s’ils sont cuits, prenez-en un : il doit s’écraser facilement entre les doigts. Sinon, laissez cuire plus longtemps.

Egouttez, puis remettez-les dans la casserole dans eau. Ajoutez le sucre, le sel, et faites mijoter une quinzaine de minutes en remuant.

 

Si vous préférez la pâte fine, sans morceaux, vous pouvez la mixer, mais perso je préfère cette astuce : mixez-en juste la moitié, ça vous donnera une pâte homogène, avec des morceaux ici et là!

 

▼▼▼

 

Oh, et vous pouvez tenter de gagner Umai sur la page facebook de mon stand Japan Expo, c'est ici!

concours-gourmand.jpg

Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 19:28

Si vous n'êtes pas familier des légumes asiatiques, vous n'avez rien compris au titre et c'est bien normal! Si vous avez l'habitude de ma lubie du Japon, vous saurez peut-être que : le bok-choy est une variété de chou chinois plutôt petit, avec des feuilles bien vertes, très facile à utiliser comme des épinards ou des blettes; le daikon est un long radis blanc, aussi appelé chez nous "radis d'hiver", de la forme d'une très grosse carotte; et le shiitake est tout simplement un champignon très utilisé dans la cuisine japonaise, qui se trouve la plupart du temps sous forme séchée, à réhydrater.

Tout ça pour une petite poêlée très rapide qui change et permet de varier les légumes!

 

poelee-bokchoy-daikon2.jpg

 

Petite poêlée de bok-choy, daikon et shiitake

 

Pour 2 personnes

 

1 bok choy

10cm de daikon environ

6 shiitake séchés (réhydratés 1 h dans de l'eau tiède)

Gingembre

Ail

50cl de bouillon de légumes

2 c. à soupe de sauce ponzu (à défaut, un mélange sauce soja-mirin)

 

bok-choy-shiitake.gif

 

Epluchez le daikon, coupez le en rondelles assez fines puis en 4. Emincez les shiitake, et coupez grossièrement le bok-choy.

Faites sauter le gingembre et l'ail dans une poêle avec un peu d'huile neutre. Ajoutez le daikon à feu vif, puis les blancs des bok-choy. Quand ça commence à dorer, ajoutez le bouillon et les verts, et laissez mijoter quelques minutes. Quand le bouillon est évaporé, ajoutez la sauce ponzu, mélangez et coupez le feu.

Servir avec un onsen tamago (la recette sur mon blog Mochi-mochi ici) ou un oeuf poché, et du riz ou des nouilles asiatiques.

 

poelée bokchoy daikon

 

 

 

Repost 0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 11:21

Le soleil est enfin arrivé jusque chez moi! Il en a mis du temps, mais mes prières ont été exaucées, on peut enfin profiter de la terrasse, manger au soleil et s'occuper du jardin...  Et mettre du printemps dans l'assiette! 

J'avais envie de vert, vert, vert... Et c'était aussi l'occasion de goûter mes petites graines germées maison qui poussent depuis 10 jours dans leur germoir... Ce sont des graines germées de poireaux, mes préférées de loin : aucune amertume, mais un petit goût piquant super agréable. Je n'en trouvais plus depuis longtemps dans mon magasin bio, je suis ravie d'avoir pu en faire germer moi-même!

 

soba-green.jpg

 

Vous pouvez utiliser des soba classiques, mais celles au thé vert apporte un petit goût tellement délicieux!

Si vous n'avez pas de sauce ponzu, vous pouvez faire une petite vinaigrette avec du vinaigre de riz, de la sauce soja sucrée et du citron vert (déjà testée et approuvée).

 

Salade de soba toute verte

 

Pour 2 personnes

 

100g de soba "matcha" (au thé vert)

2 tiges d'oignon nouveau

1 petit avocat (+jus de citron)

une petite poignée d'edamame (surgelés pour moi), ou des fèves

graines germées de poireaux à volonté

sauce ponzu

graines de sésame

 

soba-green3.jpg

 

Coupez l'avocat en morceaux, arrosez-le de citron immédiatement. Ciselez les tiges d'oignon nouveau en biseau. Faites cuire les edamame 2 min à l'eau bouillante, égouttez et passez les tout de suite sous l'eau froide.

Faites cuire les soba 6 min à l'eau bouillante (pas plus, attention!), et rincez les également abondamment à l'eau froide (c'est important pour le goût, les soba non-rincées sont moins bonnes). 

Mélangez tous les ingrédients, arrosez de sauce ponzu, parsemez de sésame et régalez-vous de verdure ;)

 

soba-green2.jpg

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:29

Un petit plat rapide, sain et réconfortant, tout à fait le genre de trucs dont j'ai envie en ce moment! Depuis que j'ai découvert la cuisine japonaise et le principe du donburi, c'est un de mes plats chouchous : un bol de riz bien chaud recouvert de légumes/poisson/viande/tofu... Cru, cuit, sauté au wok, en sauce, en omelette, tout y passe!

Bref, ça ne mérite même pas le nom de "recette", mais c'est une cuisine du quotidien un peu différente, alors ça vaut le coup de partager ;)

 

Oh et le shirataki, qu'est-ce que c'est? Si je vous dis que ce sont des vermicelles de konnyaku, ou konjac, ça vous aide? Non? Il s'agit d'un aliment très répandu au Japon, végétal, à très faible teneur en calorie, que l'on trouve sous forme de bloc (une sorte de gelée à point noirs), ou de vermicelles. On en parle en France depuis quelques temps comme d'un produit "régime miracle", amincissant, coupe-faim, hypocholestérolémiant, etc etc... Moui moui. En réalité il est surtout intéressant de l'utiliser comme en Asie, un ingrédient parmi tant d'autres dans une alimentation équilibrée (d'ailleurs c'est fou comme quand les médias s'emparent d'un "nouvel ingrédient", on pense d'abord à l'utiliser seul et en grande quantité, en "remplacement" d'un autre, les nouilles par exemple,  au lieu de l'utiliser pour diversifier son alimentation, mais je digresse!). 

J'avais acheté des vermicelles pour faire mon Niku-jaga, et comme ça n'a pas vraiment de goût et que c'est rigolo, j'en ajoute de temps en temps à ce genre de plat pour un petit plus "santé"!

 

shiritaki.jpg

 

Donburi de poulet, légumes et shirataki

 

Pour 2

 

1/2 carotte

1/2 poireau

1/2 poivron

6 petits "rouleaux" de shirataki 

100g de blanc de poulet

1 c. à soupe de sauce soja

1 c. à soupe de mirin

1 c. à café de sucre

Coriandre fraîche

2 bols de riz cuit

 

Emincez tous les légumes en julienne. Rincez le shiritaki à l'eau claire. Faites chauffer de l'eau dans une casserole et plongez-y le poulet pour le pocher. Quand il est cuit, retirez-le, et plongez-y le shirataki, pour environ 5 minutes. Egouttez et passez sous l'eau froide. Séparez bien les vermicelles si besoin.

Effilochez le poulet à la main.

Faites chauffer un wok avec un peu d'huile, et faites-y revenir les légumes à feu très vif. Ils doivent être saisis, un peu dorés, mais toujours croquants. Ajoutez ensuite rapidement les sauces et le sucre, le poulet et le shirataki. Mélangez bien toujours à feu vif pendant 30 secondes, et coupez le feu. Ajoutez la coriandre ciselée.

Servez sur un bol de riz (japonais pour moi)!

 


Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 18:19

Je n'ai pas trop le temps de faire la cuisine en ce moment, donc on fait simple et rapide! Pour ça, y a les pâtes au pesto. Mais version asiatique!

 

coriandre.jpg

 

Pesto de coriandre

 

2 grosses poignées de coriandre fraîche

1 c. à soupe de pignons de pin

1/2 gousse d'ail

1/2 citron vert

huile d'olive

 

Mixez tous les ingrédients avec un peu d'huile d'olive, puis rajoutez de l'huile d'olive jusqu'à la consistance désirée (plus ou moins liquide, plus ou moins homogène...à vous de voir!).

 

Vous pouvez ensuite le servir avec des nouilles somen (nouilles de blé japonaises très fines)ou bien soba, udon, nouilles chinoises... Et quelques crevettes revenues à la poêle avec un peu d'ail et de gingembre pressés! Parsemez le tout de shichimi ( 7 épices japonaises, très pimentées) et arrosez d'un trait de citron vert.

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 14:53

Attention, recette flemmarde.  Ce plat est simple, très simple, et rapide, très rapide. Mais le saumon au miso, c'est juste sublime, une fois qu'on l'a goûté préparé comme ça, on y revient toujours.

Tous les ingrédients se trouvent très facilement en épicerie asiatique.

 

saumon-au-miso.jpg

 

Saumon laqué au miso

 

Pour 2 personnes

 

2 pavés de saumon

1 c. à soupe rase de pâte de miso (blanc pour moi, mais celui que vous voulez!)

1 c. à café de miel

1 c. à soupe de mirin

 

C'est tout! Pas besoin de rajouter de sel, de poivre ou autre assaisonnement, ici c'est le miso qui fait tout.

Mélangez tous les ingrédients pour former une pâte un peu épaisse (si c'est trop épais, rajoutez du mirin, j'avoue que je fais toujours un peu au pif). Badigeonnez les pavés de saumon avec cette sauce, et enfournez pour 15 minutes à 200°C (plus ou moins selon comment vous l'aimez : mi-cuit ou bien cuit...15 minutes pour moi c'est parfait!)

Vous pouvez versez un trait de jus de citron à la sortie du four si vous en avez.

Servez avec des nouilles soba (simplement cuites à l'eau non-salée pendant 5-6 minutes puis rincées), et des graines germées qui vont particulièrement bien avec ce genre de plat je trouve ;)

 

saumon-au-miso2.jpg

Repost 0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 10:15

Le daikon, vous connaissez? Vous en avez peut-être déjà goûté dans les restaurants japonais, il est parfois servi sous forme marinée, en bâtonnets ou tranches de couleur jaune, avec les plateaux de sushis. C'est un radis blanc, assez énorme, que je n'avais encore jamais cuisiné! Superbe découverte, les utilisations sont multiples : on peut le servir râpé pour accompagner une viande par exemple, mariné dans du vinaigre à la vietnamienne (recette bientôt!), ou encore cuit! C'est une façon moins connue de le cuisiner mais tout à fait délicieuse : il perd de son croquant et de son piquant pour devenir un légume fondant qui se gorge des saveurs de la sauce.

 

daikon.jpg

 

J'ai trouvé cette recette sur un blog absolument génial que j'ai découvert récemment : La cuisine japonaise du quotidien. Une résidente de Nagano étudiant le français nous fait partager ses petits plats du quotidien, simples, rapides et sains : un superbe aperçu de la vraie cuisine japonaise, loin des sushis, ou même des plats de restaurants traditionnels.

Domo arigato! ^_^

daikon-mijote-au-thon.jpg

 

Daikon mijoté au thon

 

Pour 2 personnes

 

1/2 daikon

1 boite de thon

2 c. à soupe de sauce soja

1 c. à soupe de saké

1/2 c. à café de dashi en poudre

1 c. à café de sucre

50 ml d'eau (+ ou -)

 

Epluchez le daikon, et coupez le en rondelles d'environ 1cm de large, puis coupez les rondelles en 4.

Mettez tous les ingrédients dans une casserole, portez à ébullition, couvrez, et faites mijoter à feu doux environ 15-20 minutes, jusqu'à ce que le daikon soit cuit. Mélangez de temps en temps, pour bien colorer les morceaux de daikon, et rajoutez de l'eau si cela réduit trop. Servez chaud! Vous pouvez parsemer de bonite séchée si vous en avez, et vous extasier tout seul devant ces petits copeaux volants qui bougent tous seuls sous l'effet de la chaleur :p

C'est aussi très bon réchauffé.

Repost 0